11 Juillet 2019

La technologie CNES à bord du premier train autonome

Il s’agit d’une première en France ! Le train autonome SNCF vient de parcourir ses premiers kilomètres, avec l’expertise du CNES à son bord.

L’innovation sur des rails

Après 18 mois de recherches et d’essais, la SNCF a fait circuler pour la première fois un train conduit à distance sur un parcours de 4 kilomètres. Le projet, mis en place par la SNCF et un groupe de partenaires, dont le CNES, ambitionne de faire circuler des prototypes de trains autonomes d’ici 5 ans.

Le CNES a été sollicité comme partenaire du projet, afin d’apporter des solutions innovantes pour le rail basées sur les capacités spatiales. En effet, le train autonome a besoin d'une géolocalisation précise et fiable. L’apport du CNES répond à cet enjeu majeur, en proposant des solutions de téléguidage des trains par satellite avec une précision de géolocalisation de quelques centimètres.

Gilles Rabin, Directeur de l’Innovation, des Applications et de la Science du CNES se réjouit de cette avancée technologique majeure « La SNCF travaille sur le système ferroviaire de demain. Le Spatial est une composante de cette transformation et nous sommes totalement engagés à leurs côtés dans ce challenge technologique et opérationnel ».

Anticiper les besoins de demain

La téléconduite répondra aux usages quotidiens du monde ferroviaire du futur, en permettant :

  • Le contrôle du train autonome à distance en cas de situation dégradée ;
  • Les manœuvres des trains entre les gares et les technicentres et au sein-même des technicentres ;
  • Les dessertes des sites de production des clients du Fret.

D’importants obstacles technologiques ont pu être levés pour la réalisation de ce premier essai. Deux technologies ont été testées : la transmission satellite et l’utilisation du réseau cellulaire privé LTE (long term évolution) équivalent à de la 4G.

Ces travaux d’expérimentation seront approfondis au cours des prochains mois pour préparer l’industrialisation de cette pratique et pour permettre notamment l’hybridation des technologies satellite et 4G.

« C’est une grande première pour le système ferroviaire. Cette expérimentation réussie est une étape fondamentale dans la réalisation du train de demain : un train plus régulier, plus ponctuel, qui accueille plus de personnes et transporte plus de marchandises. Pour un groupe qui fait circuler 17 000 trains et transporte 4 millions de voyageurs par jour, c'est un enjeu majeur » Luc Laroche, directeur du projet Train Autonome chez SNCF.

Publié dans :